PROFIL • Kazuya Tsurumaki
Réalisateur.  Né le 2 Février 1966 dans la région de Niigata, au Japan.
Son travail le plus représentatif en tant qu'animateur est "Fushigi no Umi no Nadia (Nadia et le Secret de l'Eau Bleue)".  Il a débuté en tant que producteur sur "Nadia Cinema Edition", et comme réalisateur sur "Gunbuster!  Shinkagaku Kouza". Il a servi de bras droit au Réalisateur Anno en tant que Réalisateur Délégué sur la série TV "Neon Genesis Evangelion", où il a eu un rôle très important dans la mise en place de l'univers SF. Mr. Tsurumaki a aussi participé comme producteur et directeur artistique ainsi qu'assistant à la préparation de plusieurs épisodes.


-- Alors, "Neon Genesis Evangelion" est finalement complet.  
Pourquoi avez-vous décidé de conclure la série avec un film?
KT - Oui, c'est enfin terminé. Je pense honnêtement que ç'aurait été mieux de simplement le finir avec la série TV.  Pour parler franchement, je pense que tout après elle a été un travail un peu inutile, bien que je suppose que normalement quelqu'un est heureux de voir son travail porté sur le grand écran.

-- Pensez-vous que le temps que vous avez investi dans le projet s'est ressenti dans le degré de finition du travail au final?
KT - Je me le demande.... Je veux dire que nous avons eu largement assez de temps, mais l'élévation psychologique que j'ai ressenti durant la série TV n'a pas voulu me revenir. Je suis désolé d'avoir l'air si nostalgique, mais c'est juste que le sentiment de tension durant la série TV était probablement le meilleur de ma vie.

-- Que voulez-vous dire par "sentiment de tension"?
KT - C'était vraiment bon vers la fin -- après avoir fini le travail sur l'épisode 16, et spécialement depuis l'épisode 20 jusqu'à la fin.  Bien sûr, physiquement j'étais mort de fatigue, mais mon esprit était aussi aiguisé qu'un couteau. J'avais le sentiment d'utiliser mes capacités naturelles à leur maximum.

-- L'épisode 16 a fait grande impression, et a semblé marquer un tournant décisif pour Evangelion.
KT - C'est parce que ce fut le premier épisode où la décision de décrire l'action depuis l'intérieur est apparue.
[Note:  Episode 16: "Shi ni itaru yamai, soshite (Une Maladie fatale, puis...). La première partie était constituée de scènes d'action autour du 12ème Ange, tandis que la deuxième partie décrivait les combats mentaux et émotionnels de Shinji dans son univers intérieur après avoir été piégé à l'intérieur de l'Ange. M. Tsurumaki s'est occupé des storyboards, de la production et de l'assistance à l'animation pour cet épisode.]

-- Vouliez-vous que l'épisode soit une description des sentiments intérieurs de Shinji depuis le début?
KT - Non. Cet épisode était proche des épisodes 10, 11 et 12, et était à l'origine juste un autre épisode où un Ange apparaissait. Cependant, au milieu de la résolution progressive des mystères entourant les Anges, nous avons décidé d'inclure un épisode où un Ange semblait avoir de l'interêt pour un humain.

-- Je vois.
KT - Le premier jet du scénario était en fait un dialogue entre Shinji et l'Ange. Cependant, nous avons senti que ç'aurait trop brisé l'intensité de la série que d'avoir un Ange se mettant à parler comme un alien de SF de mauvais goût (parle tout en tapant sa pomme d'adam avec sa main) "Votre mode de pensée analogique est incorrect." Donc nous avons trouvé l'idée qui a été utilisée dans l'épisode, qui était de faire parler Shinji avec lui-même.

-- Il y avait une réplique dans ce dialogue -- quelque chose comme, "Nous ne pouvons pas tisser nos vies uniquement des choses que nous aimons...."  Cette réplique était assez intense. J'aurais pensé qu'elle atteindrait directement tous les otakus, mais il n'y a eu quasiment aucune réaction de qui que ce soit.  (rires)
KT - Et bien, la plupart des personnes ne prêtent pas une grande attention aux dialogues quand ils regardent un anime à la télévision. C'est-à-dire que nous entendons les mots, mais ils n'atteignent pas notre esprit. Je suis aussi comme ça. Hideaki Anno comprend cela, et il a commencé à incorporer des expressions qui transmettent le message aux spectateurs d'une manière plus directe. De fait, les éléments qui essayaient de transmettre le message à l'intérieur des limites fixées par l'histoire devinrent progressivement moins nombreux, et des expressions qui étaient plus introspectives ou expressives emotionellement devinrent plus fréquentes.

-- Jusque là, vous aviez essayé de faire passer le thème au travers de ce qui arrivait à Shinji, mais le message devint ensuite plus direct.
KT - A peu près en même temps que nous faisions l'épisode 16, Hideaki Anno travaillait sur l'épisode 14, qui avait ce monologue semblable à un poème prononcé par Rei Ayanami. C'est probablement environ à ce moment-là que nous avons commencé à voir la direction que prenait "Eva" -- que nous nous dirigions vers cette sorte d'histoire introspective. C'est pourquoi nous avons fait la partie A de l'épisode 16 comme une histoire normale. Par ce moyen, le lien entre les parties A et B de l'épisode 16 pouvait être considéré comme la ligne de démarcation entre la facade et ce que cache réellement "Evangelion". [Note:  Episode 14 "Zeele, tamashii no za (SEELE, Trône des âmes)". Au début de la partie B, les sentiments personnels de Rei sont retranscrits dans un monologue semblable à un poème.]

-- Qu'avez-vous pensé du développement de la série dans la seconde moitié de celle-ci?
KT - Ca ne m'a pas dérangé. L'organisation fut un désastre total et le nombre de dessins déclina soudainement, et il y eut donc certains passages où la qualité en a souffert. Cependant, la tension de l'équipe alors que nous devenions tous plus désespérés et agités s'est certainement ressentie dans le film.

-- Je vois.
KT - Au moment où le système de production était en train de tomber en miettes, il y eu certaines opinions sur le ton de "si nous ne pouvons pas faire un travail satisfaisant, alors à quoi bon continuer?" Cependant, je ne le voyais pas comme cela. Mon opinion était, "pourquoi ne pas leur montrer tout ce qui nous est arrivé, y compris notre propre chute?" Vous savez -- en faire une oeuvre qui montre tout y compris notre incapacité à produire quelque chose de satisfaisant. Je pensais que si, "dans dix ans, nous regardions quelque chose que nous aurions fait pendant que nous étions ivres morts, nous ne nous en voudrions pas même si la qualité n'était pas exceptionnelle.

-- Vraiment?
KT - Donc, peu importe le produit final, je sens que c'était déjà génial de pouvoir arriver juqu'à la fin de la série.

-- La conclusion prit finalement la forme d'un film avec deux sorties séparées au printemps et en été.
KT - J'étais atterré quand j'ai appris que ça ne se terminerait pas seulement avec la sortie du printemps, et que notre travail continuerait jusqu'à l'été. Après avoir vu la réaction des fans face à la sortie du printemps, j'étais assez déprimé. C'est à ce moment que j'ai commencé à avoir ces sentiments de doute à nouveau, comme, "je le savais - c'est juste beaucoup de travail inutile." Ce fut vraiment un choc.

-- Vous avez été réalisateur sur ce film, "THE END OF EVANGELION".
KT - Réalisateur seulement de nom -- le travail n'avait rien de différent comparé à la production de la série TV. C'est pourquoi je suis crédité comme producteur de l'épisode 25'.

-- Avez-vous travaillé sur l'épisode final?
KT - Comme réalisateur, non. Mais j'ai aidé à la colorisation au dernier moment.

-- Qu'est-ce que cela vous a fait de pouvoir réaliser l'épisode 25'?
KT - Je n'ai fait aucun effort spécial juste parce que ça allait passer sur le grand écran, j'ai plutôt essayé de l'approcher avec le même sentiment que pour la série TV. Je n'ai pas voulu faire d'excès de zèle ou autre.

-- Vous avez donc pu travailler de manière détendue?
KT - J'étais probablement plus enthousiaste quand il s'agissait des épisodes 1 et 2. Mais malgré tout, ce fut un travail énorme.

-- Y a-t-il des scènes que vous aimez particulièrement ou auxquelles vous avez porté une attention particulière?
KT - Quand l'Eva-02 est transpercée à l'oeil par la Lance de Longinus. C'est à vrai dire assez difficile d'exprimer des sentations comme une douleur si intense, mais en regardant les rushes, j'ai trouvé qu'on avait fait un assez bon travail. Ce n'est pas souvent que l'on est amené à ressentir cela.

-- Changeons de sujet. Il est dit qu' "Evangelion" reflète essentiellement les images et le paysage mental du réalisateur Anno. En étant impliqué dans un tel projet, y a-t-il eu des points où vous étiez en désaccord avec la façon de penser ou de faire les choses du réalisateur Anno?
KT - Je pense que toute personne travaillant comme réalisateur devrait avoir cet aspect. Après tout, les parties contenant justement cela sont les plus intéressantes. Dans ce sens, les oeuvres qui sont marquées comme du divertissement ne me font pas grand chose.

-- Donc, vous étiez d'accord pendant tout le travail?
KT - Bien sûr. Cependant, cela ne veut pas dire que je m'accorde totalement avec les sentiments de Shinji. Cela ne veut pas non plus dire que je peux sympathiser avec les idées "Shinji = Anno".

-- Je vois. Alors, il est vrai que les sentiments de Shinji sont ceux du réalisateur Anno?
KT - Pour dire la vérité, je ne suis pas sûr, mais j'ai du moins essayé de travailler sur le projet avec ce point de vue. C'est pourquoi dans les séances de préparation du scénario, je disais toujours quelque chose comme: "n'est-ce pas un peu trop héroïque pour être prononcé par Shinji? Hideaki Anno n'est pas franchement un héros."

-- Dans l'épisode 25', Shinji perd tout espoir. Cela veut-il dire que le réalisateur Anno en a aussi fait l'expérience?
KT - Je pense que la tension d'Hideaki Anno après la fin de la série TV était probablement tombée jusqu'à ce niveau.

-- En m'intéressant au flux emotionnel de Shinji, je ressens une sorte de discontinuité en regardant l'episode 25' immédiatement après l'épisode 24.
KT - Cela peut être vrai en termes de flux émotionnel. C'est parce que du point de vue des personnes ayant fait le film, le travail sur l'épisode 25' a commencé quasiment un an après celui sur l'épisode 24. L'épisode TV 25 est émotionellement beaucoup plus lié à l'épisode 24.

-- Cette édition au cinéma a-t-elle été créée pour s'accorder à l'état d'esprit du réalisateur Anno?
KT - Je le crois. Il y a eu un moment où Hideaki Anno voulait clairement essayer un développement plus expéditif. Cela ne s'est pas terminé de cette façon, mais je ne crois pas qu'on ait menti

-- Quand vous dites "menti", voulez-vous dire conclure soudainement avec "et l'amour sauva le monde"?
KT - Exactement. Et nous n'avons pas fait cela avec ce film. Je ne me sens pas insatisfait au final. Je l'aime vraiment.

-- A la fin de ce film, Shinji semble avoir atteint une certaine sérénité vis-à-vis des problèmes du coeur.
KT - Et bien, mon opinion personnelle est: "avons-nous réellement besoin de complémentariser ces problèmes du coeur?"  Que nous soyons complémentarisés, que nous ayons des problèmes, ou que nous trouvions nos réponses, les relations entre les personnes existent, et le monde continue d'avancer. Je pensais que la dernière scène voulait dire que la vie continue, mais je pourrais me tromper.

-- Au final, Evangelion fut une histoire de communication - du moins en jugeant vis-à-vis de cette dernière scène.
KT - C'était notre intention depuis le début de la série TV. C'est ce que j'ai essayé de produire à partir de l'épisode 2.

-- Oui, c'était cette scène où Misato et Shinji parlent tout en mesurant les distances les séparant dans l'appartement de Misato? Bien qu'ils donnaient l'impresion de bien s'entendre, Shinji pensait, "Elle semble sympa, mais....", tandis que Misato pensait "Je me demande s'il peut lire en moi?"
KT - Il y a d'autres scènes dans l'épisode 2. Par exemple, quand Misato parle à Shinji sans entrer dans sa chambre. Même dans l'épisode trois, ils ont une conversation matinale ordinaire, mais sans se regarder l'un l'autre. Comme s'ils regardaient au travers d'une porte légèrement ouverte, mais sans se croiser. C'est la même chose entre Shinji et Rei, et entre Shinji et son père. Ce n'est pas pour rien qu'il y a eu beaucoup de communications distantes et maladroites.

-- Je vois. Donc, le thème est resté le même durant toute la série?
KT - Exactement.

-- Quelles sont vos pensées quand vous repensez à "Evangelion" maintenant?
KT - Et bien, j'aimais vraiment l'atmosphère quand nous faisions la série TV. La série TV est le seul moyen d'avoir des réponses tout en étant encore dans la phase de production. Nous recevions des commentaires comme , "Ils n'ont pas aimé l'épisode d'aujourd'hui", ou "Wow! L'épisode d'aujourd'hui a été un grand succès!" et nous pouvions utiliser cela pour les épisodes que nous étions en train de produire. Dans ce sens, c'était comme une performance en live. Hideaki Anno s'est probablement senti terriblement mal après avoir lu les absurdes critiques par e-mail ou l'encensement sans limites d'une manière insultante de la série dans les magazines de culture underground. Mais c'est parce qu' "Evangelion" est une histoire de communication qu'elle inclut des malentendus comme ceux-là.

-- Maintenant, même les businessmen débatent des mystères d'Eva dans les bars. (rires)
KT - (rires) Par exemple, Hideaki Anno a dit que "Les otakus sont trop introvertis, et devraient sortir plus." Par conséquent, il devrait être heureux que des personnes n'étant pas fans d'animes regardent son travail, non? Mais maintenant que tout ça est clairement posé, les commentaires d'Hideaki Anno sur Evangelion sont que c'est un message ayant pour cible les otakus, lui y compris, et bien sûr, moi aussi. En d'autres termes, c'est inutile pour des personnes qui ne sont pas fans d'animes de le regarder. Si une personne qui peut déjà vivre et communiquer normalement le regarde, elle n'apprendra rien.

-- Mais, toutes les personnes regardant actuellement "Evangelion" n'ont-elles pas ce complexe de l'otaku?  Tout le monde ne partage-t-il pas ce sentiment de mal à l'aise du fait de ne pas pouvoir s'entendre avec le monde?
KT - Oui, il en est peut-être ainsi. Les paroles d'Hideaki Anno sont certainement vraies quand on regarde le petit cercle des fans d'animes, mais en prenant du recul et en regardant un cercle beaucoup plus large de japonais en général, nous pourrions peut-être trouver le même type de problèmes. Ce ne sont pas des problèmes spécifiques aux otakus.

-- Finalement, avez-vous un message pour les fans?
KT - Ne traînez pas votre passé derrière vous. Trouvez la chose suivante qui vous intéresse.

-- Cela veut-il dire de ne pas rester fixé sur "Evangelion"?
KT - Oui. Il est toujours mieux de laisser quelque chose de fini avoir une réelle fin.